Air-Ink capture la pollution des voitures et la recycle en encre

Graviky Labs a vu dans la pollution générée par les voitures, une ressource inépuisable.
La technologie Kaalink permet de récupérer les particules d’air pollué pour en faire une encre.
Considérer la pollution des voitures comme une ressource peut paraître insolite, à une époque ou de multiples solutions sont déployés pour réduire son impact sur nos vies et fatalement sur la mortalité.

La pollution de l’air dans un tube d’encre

C’est lors d’un voyage en Inde qu’Anirudh Sharma constate que l’air pollué laissait des traces sur les vêtements.
Cet étudiant du Massachusetts Institute of Technology se dit alors que les particules de carbone pourraient être stoppées avant d’être rejetées dans l’air et ingérées par notre organisme.
Il crée Kaalink, un dispositif en forme de canette qui se fixe sur les pots d’échappement et permet de capter ces particules responsables de la pollution avant d’être envoyé dans l’air.
Il se sert de la matière obtenue pour créer une encre qu’il baptise Air-Ink.
Pour récupérer 30 millilitres d’encre, seul 30 à 50 minutes d’air pollués par les voitures sont nécessaire.

Cette encre est ensuite vendue à des artistes de Londres, Boston, Hong Kong et Bangalore.
A ce jour, 1,6 milliard de particules ont été récoltées, de quoi produire 750 litres d’encre.

Connaissez vous d’autres initiatives qui font de la pollution une ressource ?

Site du projet Graviky Labs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *